Artisan’art. Noël a déjà commencé avec Diwan

 

Du miel, des photographies, des jeux en bois ou encore des vêtements cousus main. Plus de cinquante artisans bretons étaient présents, samedi et dimanche, à l’espace Coatigrac’h, à l’occasion du onzième salon Artisan’art organisé par l’école Diwan. Forme de coup d’envoi châteaulinois des fêtes de fin d’année, le rendez-vous a, une nouvelle fois, été très prisé du public. Les allées ont été régulièrement bondées, samedi et dimanche, les visiteurs sollicitant les artisans sur leurs fabrications. Cette fois, c’est sûr, Noël approche. Preuve en est même que le Père Noël a honoré le rendez-vous, passant les deux jours à jouer avec les enfants. Décidément une bonne pâte, ce Père Noël !

Tenu par Anne-Marie Bellec, le stand de l’entreprise Amibois (Plougasnou), qui fabrique des jouets en bois, a attiré de nombreux visiteurs.

Lire l’article sur le telegramme

Artisan’art. Nathalie Chanteau Les reflets d’une passion

 

La photographe Nathalie Chanteau est encore présente aujourd’hui.

Le salon Artisan’art, marché de Noël de Diwan, a débuté hier et se poursuit aujourd’hui, à l’espace Coatigrac’h. Parmi les quelque 50 exposants, les visiteurs pourront admirer les clichés de la photographe Nathalie Chanteau, inspirée par les reflets de l’Aulne à Châteaulin et Port-Launay.

« Bravo, vos photos sont magnifiques », saluent deux visiteuses du salon Artisan’art, hier après-midi, à l’adresse de Nathalie Chanteau. La photographe de 45 ans sourit de plaisir en recevant le compliment. « C’est le premier marché de Noël auquel je participe », affirme la Portsallaise d’origine lyonnaise, arrivée en Bretagne en 1995. Depuis hier, elle expose et vend une partie de ses photos à l’espace Coatigrac’h. Des clichés de paysages finistériens pour la plupart, même si elle s’intéresse de plus en plus à la faune bretonne.

Une formation comme déclic


« Je me suis intéressée à la photographie en voyageant avec mon mari et mes enfants », explique-t-elle. « Je prenais beaucoup de photos, un peu comme tout le monde. En les regardant, je me suis dit que je ne réussissais pas à rendre vraiment compte de ce que je voyais ». En 2015, elle entame donc une formation en ligne avec un professionnel pour se perfectionner. « Ça a été exactement ce qu’il me fallait », estime-t-elle. Sa formation achevée, elle a décidé de se lancer comme auteure-photographe en 2016. « Ce n’est pas ma profession. Avec mon mari, nous gérons un commerce dans l’informatique à Portsall », précise-t-elle. « Ce n’est pas un problème.

 

Le meilleur moment, pour la photo, c’est au lever du soleil ou aux  » golden hours « , les dernières lueurs du soleil en fin d’après-midi », considère Nathalie Chanteau.

De Landunvez à Port-Launay


À la recherche de la lumière idéale, elle se rend en général plusieurs fois au même endroit avant d’avoir le rendu attendu. « Je sors souvent du côté de Landunvez ou des abers, pas loin de Portsall », poursuit l’exposante. Pour ajouter une couleur plus locale au travail présenté à Châteaulin, elle est également venue « shooter » les abords du canal, ici ou à Port-Launay. « J’avais de toute manière prévu de m’y rendre, mais le marché était une bonne occasion de venir ici avant. J’avais vu qu’à Port-Launay, c’est possible d’obtenir de jolis clichés avec les reflets dans le canal ainsi qu’avec le viaduc de Guilly-Glas ». De quoi livrer de splendides photos aux chaudes couleurs d’automne. « Je suis également venue à Châteaulin la nuit, à une heure où il y a peu de circulation », complète-t-elle. Un travail qu’elle présente donc à l’espace Coatigrac’h, mais aussi sur son site Internet et sa page Facebook. Elle y compte un peu plus de 1.000 abonnés depuis sa création, en 2016.

Pratique Salon Artisan’art, de 10 h à 18 h à l’Espace Coatigrac’h. Entrée : 2 €, à partir de 12 ans.

Lire l’article sur le telegramme26

Artisan’art, le marché de Noël Diwan à Châteaulin

Le marché de Noël de l’école Diwan de Châteaulin a lieu ce week-end, à l’espace Coatigrac’h. Cinquante-cinq exposants, artistes créateurs, venus de trois départements bretons seront sur place. Toujours choisis avec soin, pour leur originalité et leur caractère innovants, les artisans créateurs attirent en général beaucoup de monde. D’autant plus qu’il suffit d’acheter un billet d’entrée 2 € pour venir les deux jours. Les artisans offrent une vingtaine de lots pour une tombola.

Samedi 25 novembre, de 14 h à 19 h ; dimanche 26 novembre, de 10 h à 18 h. Entrée : 2 € pour les deux jours, gratuit aux moins de 12 ans.

Lire l’article sur Ouest-france

Les dix ans d’Artisan’art, marché de Noël Diwan

Lucie Dandin, une des organisatrices du marché de noël de l’école Diwan de Châteaulin, en pleins préparatifs. | 

 

Voilà dix ans que se déroule le marché de Noël de l’école Diwan à Châteaulin. Une manifestation toujours bien organisée, qui accueille 55 exposants cette année.

L’organisation du marché de Noël de l’école Diwan n’est pas une opération prise à la légère. « Nous débutons l’organisation en janvier-février, explique Lucie Dandin, responsable de l’organisation avec Enora Le Roux. Nous publions les dossiers de préinscription à partir du mois de mars, et la clôture des inscriptions a lieu en juillet », explique-t-elle. Une commission de sélection se réunit, en septembre, et choisit un renouvellement de moitié des exposants, par rapport à l’année précédentes. « Nous essayons de choisir les plus originaux et les plus innovants », explique-t-elle. Mais depuis quelques années, tout le monde ne peut être pris, et une liste d’attente s’est créée.

Sculptures sur crânes de buffle

Parmi les artisans originaux, Julie Vallée, avec ses sculptures sur crânes de buffles, ses bijoux en ailes de papillon, les bijoux de Joanna mayen de Cast, les cartonnages d’Élise Le Moullec de Châteaulin, la sellerie Au fil du Temps de Saint-Ségal, ou les savons de Mona Guyomarc’h. Cette année, les stands de produits locaux seront bien fournis, avec notamment le safran d’Anne-Sophie Le Cam.

L’association des parents d’élèves de l’école Diwan vient prêter main-forte à l’organisation, « et le week-end du marché, ils sont 80 à nous prêter mainforte », poursuit Lucie Dandin. Hier vendredi, une quinzaine d’entre eux sont venus prêter main-forte pour installer tables, chaises et grilles, et aussi l’espace enfant, qui sera particulièrement bien fourni cette année. « Nous aurons des sapins de Noël à décorer, et le père Noël sera aussi présent ».

Le dimanche, une tombola permettra de gagner une vingtaine de lots offerts par les artisans, et le premier prix offert sera un tirage d’une photo de la Châteaulinoise Nathalie Chanteau, une vue de Châteaulin. Comme tous les ans, la bonne idée, c’est un ticket d’entrée à 2 € pour les deux jours, et l’entrée gratuite aux moins de 12 ans.

Espace Coatigrac’h, marché de Noël, samedi 25 novembre de 14 h à 19 h, dimanche 26 novembre de 10 h à 18 h.

Lire l’article sur le ouest-france

 

Artisan’Art. Les cartons d’Élise

 

Des cartons de toutes les couleurs, aux formes différentes, voilà les créations d’Élise Le Moullec.

Avec des cartons, elle fabrique des meubles ou des objets uniques en leur genre. Élise Le Moullec est cartonnière, artisan en gainerie. Elle expose et vend ses créations sur les marchés artisanaux. Ce week-end, elle sera à Artisan’Art.

Élise Le Moullec est cartonnière. Elle vend ses créations toute l’année sur les marchés artisanaux. Elle sera présente à Artisan’Art, l’événement organisé par l’association Kuzul skoazell Diwan Kastellin, qui aura lieu cette année à l’espace Coatigrac’h, aujourd’hui et demain, pour la 11e année consécutive. Elle fabrique des objets et des meubles en carton, uniques en leur genre. Elle a créé son entreprise, Cartonnage Duboudumonde, en 2011. « Je fabrique toutes sortes d’objets et de meubles en carton », résume la Châteaulinoise pour simplifier.

Le « gaisnier » un vieux métier français


Car ce métier, la gainerie, est l’art de fabriquer des gaines, écrins, fourreaux d’épées, des boîtes, des portefeuilles ou des coffres. L’artisan en gainerie est nommé le gainier, du vieux français « Gaisnier », étymologiquement du mot « gaine » du fait de la gaine d’épée en cuir. Faute d’épées à gainer, le métier a évolué. Plateaux, boites à thés, coffrets, carnets et même des marques pages magnétiques, une innovation, la liste est longue des réalisations qu’Élise Le Moullec recouvre de papier japonais en fibre de mûrier, de papier népalais fait à la main, de cuir ou de simili. « Les papiers sont soit vernis, soit cirés pour les imperméabiliser afin qu’ils ne se décolorent pas », indique-t-elle.

 

 

Des modèles uniques copiés


Elle fabrique également des présentoirs pour les professionnels, des écrins pour les joailliers. « J’ai créé plusieurs modèles », ajoute-t-elle en montrant quelques écrins en forme de pyramides. Des modèles copiés, après avoir été vus sur son site internet. « Je pourrais déposer ces créations à l’INPI, mais cela coûte environ 200 € pour un modèle. Alors je ne mets plus de photos de mes nouveautés sur le site… ». Son atelier regorge de grandes feuilles de carton de différentes épaisseurs, de toutes sortes de papiers. « Certains sont très compressés, ce qui leur confère une excellente rigidité », précise-t-elle. Une rigidité qui autorise la fabrication de meubles. « J’en fais uniquement sur commande, principalement pour les professionnels ». Pour travailler le carton, la créatrice utilise des outils proches de ceux des tapissiers : cutter ergonomique, gabarit d’angle, règle d’encadreurs, plioir, pavé de lissage, etc.

Pratique 
Élise Le Moullec. Contact : courriel, cartonnageduboudumonde@sfr.fr ou tél. 06.64.92.99.21. Elle sera présente à Artisan’Art, aujourd’hui, de 14 h à 19 h, et demain, de 10 h à 18 h. Tarif : 2 €, à partir de 12 ans. Le billet est valable pour les deux jours.

Lire l’article sur le telegramme

Artisan’Art. Une onzième édition à Coatigrac’h

Grand marché de Noël au coeur d’un salon d’artisanat d’art, Artisan’Art revient à Coatigrac’h, pour la onzième année consécutive. L’événement organisé par l’association Kuzul skoazell Diwan Kastellin, Artisan’Art, a lieu le week-end des 25 et 26 novembre.

Pour la onzième fois, le comité de soutien de l’école Diwan invite une cinquantaine d’exposants, les 25 et 26 novembre, à l’espace Coatigrac’h, dans le cadre d’Artisan’Art. Les organisateurs ont dû rejeter un nombre important de candidatures, tant la demande a été forte.

3.000 visiteurs attendus


Cet événement, unique en Finistère, regroupe des créateurs, venus de toute la Bretagne et parfois au-delà. En 2016, près de 3.000 personnes venant de tout le Finistère étaient allées à la rencontre des artisans et créateurs du dixième marché de Noël Artisan’Art. « Il n’y a pas de raison que cette onzième édition déroge à la règle. Désormais solidement installée dans le calendrier des animations châteaulinoises, la manifestation a réussi à fidéliser les visiteurs », souligne Lucie Dandin, l’une des responsables, avec Énora Leroux, de l’organisation de cet événement.

50 % de nouveaux exposants


« Nous avons renouvelé la moitié des exposants et trouvé un équilibre entre les créateurs présents afin de proposer un salon de belle qualité », assurent les organisateurs. Parmi les articles proposés, les visiteurs découvriront notamment des illustrations, des peintures, des photographies, les bijoux en plumes d’Hélène Boucher, ceux en élytres d’insectes de Julie Vallée, les jouets en bois d’Yvon Bellec, de la nacre, les doudous de Michel Morganet, les objets en cuir de Donaïg… Et ce n’est rien dire de ceux qui proposent de régaler les papilles, tel Arnaud Gonidec et ses boissons médiévales, ou de se faire plaisir avec des objets de décoration.

 

 

Une première tombola


Pour laisser les parents admirer (ou déguster) toutes ces productions, les organisateurs ont tout prévu. « Une garderie gratuite, en compagnie du Père Noël, accueillera les enfants le samedi et le dimanche. Les enfants profiteront de lectures d’histoires et d’animations autour de Noël. Ils pourront notamment fabriquer de quoi décorer le sapin de Noël », annonce Fa Ribaud Millour, la présidente. Par ailleurs, une restauration de crêpes et galettes sera proposée aux visiteurs pendant ces deux journées. Et nouveauté cette année, une tombola avec des lots proposés par les exposants donnera sa chance à tous les participants.

Indispensable pour l’école Diwan


« Cet événement est important pour assurer le financement de notre école. Il représente 50 % de notre budget annuel », indique, pour sa part, Yohan, le trésorier. « Avec une vingtaine d’élèves de 2 ans et demi à 10 ans, dont quatre nouvelles familles inscrites, l’effectif de l’école est stable », précise la présidente. L’école accueille également une nouvelle directrice, Valentine Parent, qui est aussi enseignante pour les maternelles. La grande classe, du CP au CM 2, a pour enseignante Anna Ar Vourc’h. « L’un de ces postes est financé par l’Éducation nationale, le second par la fédération Diwan », précise Fa Ribaud Millour. Les deux institutrices sont secondées par les Atsem, Sylvie Plait et Anne-Marie d’Hervez-Cadiou.

Pratique
Artisan’Art, samedi 25 novembre, de 14 h à 19 h, et dimanche 26, de 10 h à 18 h, à Coatigrac’h. Tarif : 2 €, à partir de 12 ans. Le billet est valable pour les deux jours. Restauration sur place.

Lire l’article sur le télégramme

Un nouvel élan pour le marché de Noël des artisans

Le marché des artistes et artisans Artisan’art aura lieu à l’espace Coatigrac’h les samedi 25 et dimanche 26 novembre. Les bénéfices iront à l’école Diwan.

Le rendez-vous

L’école Diwan de Châteaulin accueille des enfants de quatorze familles. Cette année, Kuzul, le conseil d’école a été entièrement renouvelé. Mercredi soir, les parents de cette association se réunissaient pour mettre une dernière touche à la préparation du marché des artistes et artisans Artisan’art.

Des artisans et des producteurs

Le regard neuf porté sur la manifestation par la nouvelle équipe d’organisation entraîne 50 % de nouveautés. Comme lors des éditions précédentes, une cinquantaine d’artisans, surtout en bijoux et de producteurs seront présents. Un maraîcher proposera ses produits élaborés à base de fraises. De la laine, du safran, du miel, des élixirs floraux, de l’encens seront proposés aux acheteurs. Et quoi de mieux que de l’hypocras pour voyager dans le temps !

De nombreux artistes

Dans ce marché de qualité, beaucoup d’artistes : peintres, illustrateurs, photographes, présenteront leurs oeuvres. La plupart d’entre eux viennent du Finistère, des Côtes-d’Armor ou du Morbihan. Une des organisatrices explique : « On reste assez local. Cependant une créatrice de bijoux, Julie Vallée, viendra de Belgique. » Cette créatrice très originale propose des bijoux organiques réalisés en utilisant des plumes, du crin, des élytres d’insectes, des ailes de papillons, de la nacre. Elle crée aussi des objets décoratifs avec des petits os de serpents et même… une tête de buffle !

Des nouveautés

Ce marché familial réservera une place aux enfants. Ils pourront réaliser des activités de Noël. Le Père Noël sera présent dans la salle durant les deux jours. Autre nouveauté : une tombola dont le tirage aura lieu le dimanche à 16 h.

Les bénéfices serviront au fonctionnement de l’école Diwan qui est un établissement associatif.

Samedi 25 et dimanche 26 novembre, marché des artistes et artisans Artisan’art à l’espace Coatigrac’h. Entrée 2 €, gratuit pour les moins de 12 ans.

Lire l’article sur le ouest-france

Artisan’Art, le marché de Noël a présenté sa dixième édition

artisan-art-le-marche-de-noel-presente-sa-dixieme-edition

Édith utilise graines, coton et polyester pour confectionner ses colliers. | 

Un marché de Noël qui a une identité forte. L’événement organisé par l’association Kuzul skoazell Diwan Kastellin, Artisan’Art, s’est tenu ce week-end à l’espace Coatigrac’h. Comme chaque année, le comité de soutien de l’école Diwan a renouvelé la moitié des 56 exposants et a ainsi dû rejeté bon nombre de candidatures tant la demande est forte.

Parmi les nouveaux participants, il y a Lucile et Olivier de l’Atelier du Grimoire de Loudéac. Leurs créations sont réalisées selon des techniques ancestrales de reliure médiévale c’est-à-dire avec des couvertures de bois. « Nos matériaux viennent des vieux meubles que nous rachetons. »

Édith, amérindienne du Pérou, « côté forêt » comme elle se définit, fait des bijoux en ivoire végétal : « Avec des graines qui viennent de la forêt, je fabrique des bijoux biodégradables et écologiques. Ils conviennent aux gens allergiques au métal. »

Il y a également ceux qui reviennent après une longue absence comme Amibois. Yvon Bellec de Plougasnou s’inspire des jouets d’antan pour confectionner petits trains, xylophones et jeux colorés en bois de hêtre. « Nous ponçons, teintons et vendons », précise Anne-Marie, son épouse.

Et puis, il y a tous ceux que l’on a plaisir à retrouver d’une année sur l’autre comme la productrice de safran (de Stival) et tous ses produits dérivés, Philippe et ses drôles de coquillages et crustacés, la torréfaction La cale à kawa de Concarneau pour n’en citer que quelques-uns. Samedi, dès la première heure, le marché de Noël avait déjà drainé 400 visiteurs.

Lire l’article sur ouest France

Artisan’Art. Le beau succès du marché de Noël

Le comité de soutien à l’école Diwan n’a pas encore fait ses comptes. Pour autant, chacun augure que cette dixième édition d’Artisan’Art restera dans les annales. Une belle bouffée d’oxygène pour l’école bilingue de la Grand-Rue car l’événement concourt à hauteur de 50 % de son budget. Tout le monde y trouve ainsi son compte. Les exposants, bien sûr, qui sont légion à vouloir en être. Mais surtout le nombreux public, lequel n’était pas seulement là pour admirer tant de magnifiques créations. « C’est le plus beau marché de Noël que je vois ». Le compliment, saisi au détour d’une allée de Coatigrac’h, atteste qu’Artisan’Art n’a pas fini de nous étonner.

Artisan’Art. Le beau succès du marché de Noël

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190511_655x434p

Au stand des livres en breton de diwan, Euriell, 10 ans donne un coup de main à sa Mam goz « je les ai tous lus, alors je peux conseiller les gens » Du coup, Marie-france n’a plus rien à faire.    

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190513_537x434p

« Sac et Ressac », la scellerie nautique de Douarnenez, donne une seconde vie aux voiles en les transformant en sacs, paniers, abat-jour, etc.. C’est beau et c’est costaud.

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190512_301x434p

L’atelier Joly d’Orianne et installé en presqu’ile de Rhuys (56). Ses petits cubes de bois astucieusement assemblés, forment d’étonnants animaux, fruits étoiles, etc « C’est 100% récup »

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190516_713x434p

L’atelier du Grimoire de Loudeac (22), s’est taillé un beau succés avec ses reliures en bois anciens qui protégent des pages blanches. Reste à les remplir. Idéal pour les albums et les livres d’or.

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190515_692x434p

La garderie du Pére Noel, Leela et jade amusent les enfants, tandis que les parents font leurs emplettes

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190514_695x434p

Les crêpières ont à peine le temps de souffler. Cinq Billigs suffiront-ils à rassasier tout le monde ?

Lire l’article sur le telegramme

 

Artisan’Art. Le marché de Noël se poursuit aujourd’hui

Artisan’Art. Le marché de Noël se poursuit aujourd’hui 

 

1-michel-taras-de-poullaouen-fabrique-d-etranges_3189366_544x434p 1-michel-taras-de-poullaouen-fabrique-d-etranges_3189367_467x434p
1-michel-taras-de-poullaouen-fabrique-d-etranges_3189368_615x434p

 

 

Hier, pour son premier jour d’ouverture, Artisan’Art a attiré la foule. Les 56 créateurs bretons, réunis autour de ce marché de Noël avant l’heure, sont encore à Coatigrac’h, toute la journée. Parmi eux : l’étrange bestiaire de Filigraine.

Quel succès ! À peine les portes ouvertes, le comité de soutien de l’école Diwan enregistrait 400 entrées en une heure. Du jamais vu depuis dix ans qu’existe Artisan’Art. Il faut dire que ce grand marché de Noël, au coeur d’un salon d’artisans d’art, regroupe une grosse cinquantaine d’exposants parmi les créateurs les plus originaux de Bretagne. On y trouve une sensationnelle diversité de vêtements, de sacs et autres accessoires, de bijoux, céramiques, d’articles de maroquinerie, d’objets en bois, de déco, de jouets, de doudous et même de douceurs pour le palais. Difficile de résister. D’ailleurs, beaucoup de visiteurs ne résistent pas, car les créateurs ne sont pas trop gourmands. Parmi eux, notre regard a été interpellé par l’étrange bestiaire de Michel Taras. Il est installé à Poullaouën mais c’est aux Antilles que sont nées les créatures de Filigraine. Ses insectes, araignées, scorpions, salamandres, grenouilles ou encore tortues sont faits uniquement à partir de fils métalliques, graines exotiques, bois ou autres végétaux. Zéro colle. « Les matériaux naturels utilisés sont ensuite peints ou simplement vernis », explique-t-il. Sa compagne, Martine Friot, se charge de cette tâche, tout aussi délicate.

 Fourmi dilettante


Solides, souples et légères, les petites bêtes sont tantôt réalisées de façon très réaliste (un naturaliste y perdrait son latin), tantôt démesurée et parfois humoristique. Ainsi, il ne faut pas manquer la série des fourmis. « La fourmi Filigraine est une dilettante. Elle fait surtout à la musique ou du sport. Mais pas que… », sourit-il. Il est vrai qu’avec quatre mains et deux pieds, elles peuvent en faire des choses. Notre préférée, c’est la fourmi manifestante. Sa banderole proclame : « Assez de fable ! ». La Fontaine n’aurait pas dit mieux. Toujours dans le registre de l’humour, mettez bien vos lunettes pour apercevoir la coccinelle en noyau de cerise. « C’est une tirelire pour période d’austérité », plaisante-t-il. Michel Taras fabrique aussi des broches qui jouent à la petite bête qui monte… Plus vraies que nature, ou colorées comme on n’en a jamais vu, elles ne laissent personne indifférent. « J’aime bien jouer sur l’ambiguïté attirance répulsion qu’on éprouve face à certains de ces animaux », reconnaît le créateur. En tout cas, pour un vêtement ou décorer la maison, ce cadeau original sera du plus bel effet dans la hotte du père Noël.

Pratique
Artisan’Art, aujourd’hui, à Coatigrac’h, de 10 h à 18 h. Tarif : 1,50 €, à partir de 12 ans. Le billet d’hier reste valable. Crêpes sur place et garderie pour les enfants.