Artisan’Art. Diwan fait son 10e marché de Noël

Artisan’Art. Diwan fait son 10e marché de Noël

 

mdn1_19_11_2016

 

Grand marché de Noël au coeur d’un salon d’artisanat d’art, Artisan’Art revient à Coatigrac’h, pour la 10e année consécutive. Cet événement, unique en Finistère, regroupe 56 créateurs, venus de toute la Bretagne et parfois au-delà. Un rendez-vous le week-end du 26 et 27.

En 2015, 2.700 personnes venant de tout le Finistère étaient allées à la rencontre des 56 artisans et créateurs du neuvième marché de Noël Artisan’Art. Il n’y a pas de raison que cette dixième édition déroge à la règle. Désormais solidement installée dans le calendrier des animations châteaulinoises, la manifestation a réussi à fidéliser les visiteurs. De quoi donner le sourire à tous les bénévoles qui se sont investis ces derniers mois pour garantir un marché de Noël toujours plus surprenant.

28 nouveaux exposants


L’événement phare du Kuzul skoazell skol Diwan, le comité de soutien de l’école Diwan, compte 56 artisans créateurs inscrits pour le week-end des 26 et 27, à Coatigrac’h. « Nous avons renouvelé la moitié des exposants et trouvé un équilibre entre les créateurs présents afin de proposer un salon de belle qualité », assurent les organisateurs. Parmi les 28 nouveaux, les visiteurs découvriront notamment : Jolycub, de Saint-Gildas-de-Rhuys, qui fabrique des objets décoratifs en matériaux de récupération ; l’Atelier du Grimoire, de Loudéac, avec ses reliures médiévales ; Tidli, impression sur textile, ou encore Bajour, de Pont-Scorff. Et ce n’est rien dire de ceux qui proposent de régaler les papilles, de s’habiller et se faire plaisir avec des accessoires, des jeux, des bijoux, des oeuvres d’art, etc. La hotte du Père Noël ne va pas être assez profonde.

Animations pour les enfants


Néanmoins, on prendra plaisir à retrouver 28 artisans qui ont fait le bonheur de l’édition précédente. Par exemple : Skal, Papimoto, Artmajeur, avec ses sardines et maquereaux plus vrais que nature. Mais encore l’Atelier Saint-Germain, Ilze Dicke ou les chiffons de Michèle. D’anciens exposants font aussi leur retour après quelques années d’absence.

 

Citons par exemple, l’atelier La Terre tourne ou encore Filigraine et son bestiaire de sculptures. Pour laisser les parents admirer toutes ces belles choses, les organisateurs ont tout prévu. « Une garderie gratuite, en compagnie du Père Noël, accueille les enfants le samedi et le dimanche. Les enfants profiteront de lectures d’histoires et d’animations autour de Noël », annonce Laure, membre de l’équipe dédiée aux animations. Par ailleurs, une restauration de crêpes et galettes rassasiera les visiteurs pendant ces deux journées.

50 % du budget de l’école


« Cet événement est important pour assurer le financement de notre école. Il représente 50 % de notre budget annuel », indique, pour sa part, la trésorière, Isabelle Le Duc. « Avec 19 élèves de 2 ans et demi à 10 ans, dont six nouvelles familles inscrites, l’effectif de l’école est stable », précise Morgane Viezzer, la secrétaire. Elle poursuit en rappelant qu’un nouveau bureau vient d’être élu. En effet, Fa Ribaud Millour est la nouvelle présidente. Elle remplace Cécile Audeber à ce poste. L’école compte deux professeurs des écoles : Stéphanie Roignant, en maternelle, et Anaïg Fauve-Toupin, en classes de primaire. « L’un de ces postes est financé par l’Éducation nationale, le second par la fédération Diwan », précise Morgane Viezzer. Les deux institutrices sont secondées par les Atsem, Karen N’Guyen et Anne Joncour. « C’est Anaïg qui avait assuré l’ouverture de l’école en 2007, place de la Résistance. Il avait fallu aménager ces lieux, pas vraiment destinés à l’enseignement », se souvient la secrétaire. Il est vrai qu’il n’y a aucune commune mesure avec les locaux de la Grand-Rue, qu’occupe l’école depuis 2013.

Pratique
Artisan’Art, samedi 26, de 14 h à 19 h, et dimanche 27, de 10 h à 18 h, à Coatigrac’h. Tarif : 1,50 €, à partir de 12 ans. Le billet est valable pour les deux jours. Restauration sur place.

 

mdn3_19_11_2016 mdn2_19_11_2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire l’article sur le télégramme ici