Artisan’Art. Le beau succès du marché de Noël

Le comité de soutien à l’école Diwan n’a pas encore fait ses comptes. Pour autant, chacun augure que cette dixième édition d’Artisan’Art restera dans les annales. Une belle bouffée d’oxygène pour l’école bilingue de la Grand-Rue car l’événement concourt à hauteur de 50 % de son budget. Tout le monde y trouve ainsi son compte. Les exposants, bien sûr, qui sont légion à vouloir en être. Mais surtout le nombreux public, lequel n’était pas seulement là pour admirer tant de magnifiques créations. « C’est le plus beau marché de Noël que je vois ». Le compliment, saisi au détour d’une allée de Coatigrac’h, atteste qu’Artisan’Art n’a pas fini de nous étonner.

Artisan’Art. Le beau succès du marché de Noël

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190511_655x434p

Au stand des livres en breton de diwan, Euriell, 10 ans donne un coup de main à sa Mam goz « je les ai tous lus, alors je peux conseiller les gens » Du coup, Marie-france n’a plus rien à faire.    

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190513_537x434p

« Sac et Ressac », la scellerie nautique de Douarnenez, donne une seconde vie aux voiles en les transformant en sacs, paniers, abat-jour, etc.. C’est beau et c’est costaud.

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190512_301x434p

L’atelier Joly d’Orianne et installé en presqu’ile de Rhuys (56). Ses petits cubes de bois astucieusement assemblés, forment d’étonnants animaux, fruits étoiles, etc « C’est 100% récup »

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190516_713x434p

L’atelier du Grimoire de Loudeac (22), s’est taillé un beau succés avec ses reliures en bois anciens qui protégent des pages blanches. Reste à les remplir. Idéal pour les albums et les livres d’or.

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190515_692x434p

La garderie du Pére Noel, Leela et jade amusent les enfants, tandis que les parents font leurs emplettes

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190514_695x434p

Les crêpières ont à peine le temps de souffler. Cinq Billigs suffiront-ils à rassasier tout le monde ?

Lire l’article sur le telegramme